Accueil » Nouveautés
 
La nouvelle portée du Griffon bleu
Le petit dernier On Ré-Agit ! PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 03 Mai 2011 09:16
Le Griffon bleu a encore  Ré-Agit ! avec Un scooter d'enfer, un polar savoureux de Gérard Lapagesse, écrit sur un ton délibérément alerte, qui devrait inciter le lecteur à réfléchir sur les banlieues dites « difficiles » et les clichés  Furieux CoolBaiserTriste qui leur collent à la peau.
 
L'arène du collège PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 30 Mars 2011 16:22
ISBN : 9782916422251
 
Rêvons un peu et imaginons un collège où tout se passerait bien, où les profs dispenseraient leur enseignement à des élèves respectueux, où des profs respectueux seraient à l'écoute de leurs élèves. Bref, un collège comme il en existe peu.

Le collège, c'est un peu comme les trains dont on ne parle que quand ils sont en retard. Il fait l'actualité à l'occasion d'une agression, d'une dégradation, d'une occupation, d'une sanction et de tout un tas de trucs en -tion, tant que ce n'est pas satisfaction. C'est ce collège que Micheline Jeanjean nous décrit dans L'Arène du collège, un collège où le prof descend tous les jours combattre dans l'arène. On assiste au duel entre le prof et ses élèves, on le voit passer par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, du vert de l'espoir au noir du désespoir en passant par le rouge de la colère, voire de la honte.

Mais ce n'est pas que ça ! L'auteur montre également les élèves sous leurs mille et une facettes, de la facette éreintée par la vie à la facette brillante d'avenir promis, on les suit dans leurs vies d'ados, dans leurs actes et leurs pensées, on suit la prof dans sa vie privée, dans ses doutes et ses certitudes. Guidé par l'écriture sans concession de Micheline Jeanjean, le lecteur pénètre dans ce microcosme et il voit que tout n'est pas noir. Le coup de corne du prof ou sa mise à mort ne sont pas une fatalité. Quoi qu'on entende dans les médias, on a affaire à des êtres humains. De part et d'autre du stylo rouge.

Le dialogue doit être possible et Micheline Jeanjean aimerait l'initier avec cet ouvrage. Allez chiche, on le lit ensemble, profs, élèves et parents, et on en parle ?

Rêvons un peu : si son prochain titre était La reine du collège...

 
Clément, un garçon dans le vent PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 21 Mars 2011 00:00
Le volet claqua contre la façade de la rue.
Clément sursauta dans son lit. Son cœur battait la chamade. Tous les sens en éveil, il guettait les bruits de la nuit. Il entendit les rafales irrégulières du vent remonter la rue Sabatière en sifflant. De nouveau, le volet claqua dans l'obscurité.
Le signal ! C'était le signal que Clément attendait depuis si longtemps.
« C'est pour cette nuit ! » pensa-t-il en se redressant d'un bond.
À tâtons, il sortit de leur cachette un baluchon d'étoffe soigneusement roulé et deux bâtons.
[...]
Quelques minutes plus tard, un étrange personnage se faufilait avec précaution hors de la maison. Avec sa veste trop large bizarrement enroulée autour de la taille et ce châle qui semblait ne plus devoir en finir, on aurait dit un sinistre oiseau de nuit.
[...]
Clément leva les bâtons à bout de bras vers le ciel, déployant ainsi de vastes ailes d'étoffe. Il entendait à ses pieds le bruissement de la Louge qui se jetait dans la Garonne. Où il ne tarderait pas, lui aussi, à se jeter. Il était prêt à prendre son envol... avec la complicité du vent d'autan.

***

C'est ainsi que Clément Ader, enfant, commença la brillante carrière qu'on lui connaît, en sautant dans le vide, au confluent de la Louge et de la Garonne, à Muret, avec, pour tout équipage, une longue écharpe maintenue par deux bâtons.
La carrière qu'on lui connaît... mais que sait-on de Clément Ader, d'ailleurs ? Qu'il a inventé l'avion ? Très bien, et puis quoi encore ? Ah ah... Et si je vous disais théâtrophone, téléphone, pneumatique de vélo, machine à poser les...
C'est précisément le but de cette biographie romancée, reposant sur des faits réels et avérés : montrer Clément Ader sous un angle nouveau, ses convictions et ses doutes, ses spectaculaires avancées et ses retombées - dans les deux sens du terme - non moins spectaculaires, les amitiés qu'il a su éveiller et ses ennemis, sa vie de famille, son amour pour les oiseaux, un amour si particulier... Clément Ader était une sorte de Léonard de Vinci. Savez-vous d'ailleurs seulement qu'il peignait ? Non ? Son autoportrait est tout à la fin de Clément, un garçon dans la vent !

Pour le troisième cycle.

 
« DébutPrécédent12SuivantFin »

Page 2 sur 2