Accueil » Nouveautés » La fille qui n'existe pas
 
La fille qui n'existe pas PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 30 Mars 2012 00:00
alt

" J'ai eu un rêve : et si ce livre ouvrait des portes, quelques portes, pour que, petit à petit, jour après jour, repas après repas, un peu de vie entre dans ces corps décharnés et irrigue de leurs nutriments ces plaines arides où rien ne poussa plus. Quelques fleurs dans le désert... "

Professeur Daniel RIGAUD
Professeur de Nutrition au CHU de Dijon - Service Endocrinologie Nutrition
Chercheur au CNRS
Président de l'association Autrement

 
 
La fille qui n'existe pas est un ouvrage sur l'image de la fille, de la femme dans la société. Une image en papier glacé interminablement long, comme les jambes des mannequins, incroyablement étroit, comme (l'absence de) la taille des mannequins. Elles sont belles, elles sont riches, elles sont adulées, ces mannequins, elles ont des maris célèbres et... heureux de se pavaner au bras de leur poupée. Heureux ?
Le bonheur est-il inversement proportionnel à la taille de sa compagne et proportionnel à la longueur de ses jambes ? C'est ce que semblent croire les garçons qui matent les "canons" et humilient les "thons". Les thons, vous savez les filles qui ont des hanches, un postérieur, des cuisses, un petit bedon, un visage rond : des formes !
Alors, pour être belles, matées, adulées, en attendant d'être mannequins et riches, les filles se soumettent au dictat de ce leitmotiv : pour être belles, soyons minces ! Entre minceur et maigreur, la nuance est mince. Entre régime et anorexie aussi.
C'est ce que dénonce Marie Mélisou dans La fille qui n'existe pas, un ouvrage qui n'est pas le x + unième sur le thème. C'est un ouvrage "rentre dedans" qui n'a pas peur d'employer les mots qui font mouche, qui n'a pas peur de briser les tabous et qui, pour une fois, prend en compte la douleur de l'entourage, des amis. C'est un ouvrage qui dénonce, mais qui ouvre aussi sur un espoir : et si les mecs arrêtaient d'être cons, de mater les crevettes ? Et s'ils se mettaient au régime thon, ils verraient que c'est aussi bon. Et si les filles arrêtaient de se complexer ? Si elles portaient un autre regard sur leur corps, sur leur poids ? Si elles se voyaient AUTREMENT ?
 
C'est précisément pour cette raison que le professeur Rigaud a tenu à écrire la préface de cet ouvrage, lui, le professeur de Nutrition au CHU de Dijon, chercheur au CNRS et Président de l'association AUTREMENT : "Pour un autre regard sur son poids".
 
Le site de littérature jeunesse La mare aux mots à aimé et elle le dit ici : http://lamareauxmots.com/blog/des-filles-et-leurs-meres/.
La fourmillière de mini-fourmi, site littérature jeunesse très vivant, en fait son miel ici !