Accueil » Les parrainages du Griffon bleu » Voir son poids AUTREMENT
 
Voir son poids AUTREMENT PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 30 Mars 2011 05:37
Ce livre est au fond l'histoire d'une impuissance.

L'impuissance à vivre de Ninawa, la malade, qui perd sa capacité à vivre une belle histoire d'amitié qui lui vient de l'enfance. Son cerveau en effet lui susurre en coulisse qu'il faut quitter les rives de l'enfance. Mais Ninawa n'y est pas prête.
L'impuissance de Nino, l'ami d'enfance justement, avec qui tout serait possible dans un monde pur, dans un monde de blagues où rien n'a d'importance. Mais Nino devient un homme tout doucement et ça fait peur.
L'impuissance de Ninawa à lutter contre cette anorexie qui la ronge de l'intérieur, qui lui bouffe les muscles et la vie. Parfois, Ninawa ébauche un cri, minuscule, à peine audible, mais nul ne l'entend. Le plus souvent, elle est liée à son anorexie. C'est elle, c'est devenu ELLE et elle ne peut plus s'y attaquer.
L'impuissance d'une mère à aider sa fille, à pleurer ce malheur qui leur arrive. Cette mère qui ne peut plus rien partager avec elle, alors qu'elle la voit disparaître peu à peu, fondre comme un glaçon au soleil. Elle aussi crie à sa fille de s'arrêter, de lui revenir, pour qu'elles reviennent toutes deux à cet avant qui sent encore bon la douceur de l'enfance. Cette impuissance est mâtinée de désespoir. Comme Nino, la mère joue cette comédie dramatique sur le ton de la comédie légère... légère comme Ninawa. Un drame se joue, la mort se dessine et tout le monde, chacun dans son répertoire, se sent tellement impuissant qu'il oppose à l'improbable la légèreté du silence.
L'impuissance d'un père à assurer son rôle de père, à courir au secours de sa fille qui se meurt. Pendant longtemps, on se demandera ce qu'il fait, quelles sont ses pensées, ce que ça lui fait, l'anorexie de sa fille. Il est à distance, maintenu à distance par une maladie de femme où tout naturellement les hommes sont exclus. Il faudra qu'il tempête, qu'il supplie, qu'il fasse preuve d'autorité. Il faudrait.
L'impuissance d'un médecin enfin à communiquer avec cette malade qui se perd, qui perd pied, qui est pieds et poings liés par cette anorexie qui, tel un ogre, a tout englouti. Le médecin regarde cette coque vide que Ninawa est devenue, elle parle à ce robot que le cerveau de Ninawa a fabriqué. Elle essaie en vain d'entrer en contact. Mais l'anorexie est une maladie du contact justement : en maigrissant, en refusant de s'alimenter, de partager la nourriture, la malade qui souffre d'anorexie mentale s'éloigne petit à petit, sans s'en rendre compte. Elle perd le contact, tout doucement. Elle se replie dans des zones de soi-même où elle-même n'a plus aucun moyen de communication avec elle-même. Le bateau « MOI » ne répond plus, perdu en pleine mer, secoué par les vents et baladé par les vagues de l'anorexie. La mort est trop souvent au bout et les médecins n'ont parfois d'autres ressources que d'enfermer la malade et assister impuissants à la chronique d'un désastre prédit, d'une mort annoncée. Elle est à enfermer, Ninawa, à double tour, pour qu'elle puisse retrouver son moi. Mais elle est déjà enfermée depuis si longtemps que ce n'était pas la peine d'en ajouter. Un enfermement, ça ne se décide pas, ça se vit de l'intérieur.
Ce livre est l'histoire déchirante de trop d'anorexie, de trop de malades, de trop d'impuissance.
J'ai eu un rêve : et si ce livre ouvrait des portes, quelques portes, pour que, petit à petit, jour après jour, repas après repas, un peu de vie entre dans ces corps décharnés et irrigue de leurs nutriments ces plaines arides où rien ne poussa plus. Quelques fleurs dans le désert...

 

 

Professeur Daniel RIGAUD
Professeur de Nutrition au CHU de Dijon - Service Endocrinologie Nutrition
Chercheur au CNRS
Président de l'association Autrement


L'association AUTREMENT lutte activement depuis onze ans contre les troubles du comportement alimentaire (TCA) par une quintuple action :
Aider : C'est une aide concrète aux malades et à leur famille, à travers des groupes de parole et d'expression corporelle qui fonctionnent toute l'année dans plusieurs villes de France, grâce aussi à une permanence téléphonique ouverte tous les jours, à un site Internet et à des réponses aux courriers papier et électroniques.
Former : L'association propose et organise des symposiums et conférences-débats sur le thème des TCA. Elle a également sa journée annuelle, qui a lieu le premier jeudi d'octobre. Ces réunions sont destinées aux professionnels de santé : médecins, psychologues, diététiciens...
Informer : Informer le grand public sur la prévention, sur les signes et les complications, sur le traitement des TCA, sur les risques des régimes pour maigrir inopportuns ou mal conduits, sur le comportement alimentaire et ses mécanismes.
Prévenir : Prévenir les TCA auprès des jeunes par des conférences dans les lycées, les collèges et les universités. Mais aussi en aidant les étudiants, par des entretiens, à réaliser leurs travaux personnels encadrés sur l'anorexie et la boulimie.

Explorer : L'association aide aussi la recherche de terrain sur les TCA. Elle a participé à différents travaux de recherche sur ces thèmes : conduites addictives et TCA, épidémiologie, qualité de vie, prise en charge nutritionnelle...