Accueil » Espace enseignant » Rumeurs au collège, fiche pédagogique et extraits
 
Rumeurs au collège, fiche pédagogique et extraits PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 26 Novembre 2010 11:44
1/ Présentation de l'ouvrage :

Lorsque Juliette Binochko, professeur des 6ème1 demande à Anton Abdourassi d'amener « ses papiers » au prochain cours, elle ne se doute pas du cataclysme qu'elle vient de déclencher ! Anton, craintif, sans-papiers, se sent agressé puisque sa famille attend « la régularisation de la circulaire du Ministre de l'intérieur ». Lorsque son père se plaint à la direction, il est soutenu par une poignée de camarades de son fils, qui ne réalisent pas vraiment l'importance des mots qu'ils rapportent à la principale du collège. « L'affaire » est lancée, la ville où ils vivent sera divisée en deux camps. Juliette Binochko va devoir se défendre. Son explication est simplissime et se tient. Sera-t-elle entendue ? Comprise ? Quand tout semble vous accuser, comment sortir du guêpier ? Quand la rumeur court, court, comment la contrer ? Et en sort-on indemne ? Attention, sujet sensible.

Sur un bête malentendu durant un cours d'arts plastiques, méli-mélo entre papiers (d'un sans papiers) / papiers (Canson), la rumeur va vite se propager : Juliette Binochko, professeur d'arts plastiques est raciste ! Le père du garçon incriminé vient se plaindre. La principale convoque quelques sixièmes présents lors de « l'incident ». Et selon les versions farfelues des uns et des autres, la grande affaire est lancée, ce professeur va être suspendu de ses fonctions trop rapidement, sans avoir pu donner sa version des faits.
Des manifestations ont lieu dans la cour de récréation : qui est contre le renvoi de ce professeur, qui est contre la présence des sans-papiers dans le collège ?

On s'attache à Anton, qui vit avec toute sa famille dans une chambre d'hôtel dans la peur de l'expulsion. À Arielle, une première de la classe, qui, pourtant, va petit à petit nous laisser la deviner sans opinions personnelles, répétant le discours sécuritaire de son père dont elle va adopter la position. À Maurice, dit Momo, bon dernier de la classe, qui paraît d'une stupidité crasse, et pourtant, le cœur sur la main, il saura prendre une place juste dans cette histoire.
Enfin, on devine un professeur qui n'est arrogante qu'en surface.

Dans ce roman, une vingtaine de protagonistes prennent la parole, font une chaîne humaine (élèves, professeur, parents, principal, homme de service...) pour dérouler l'histoire en fonction de leurs convictions, de ce qu'ils ont vu, de ce qu'ils croient avoir compris, ou de ce qu'on leur en a dit... Ainsi naît la rumeur, celle qui court et peut provoquer de si grands désastres.


2/ Thèmes abordés

a- Dans ce roman jeunesse, il ne s'agit pas pour l'auteur de prendre position pour ou contre les sans-papiers, mais d'exposer au lecteur une réalité qui existe de nos jours, dans notre pays (d'ailleurs l'histoire n'est pas située sous tel ou tel gouvernement, ni dans tel ou tel pays... l'imaginaire est là pour inventer et transposer le roman où l'on veut). Mais il y a des gens qui vivent la peur au ventre dès qu'ils sortent de chez eux, la peur d'être expulsés, la peur de n'avoir jamais les « bons » papiers pour être régularisés.

b- Les rumeurs touchent tous les milieux, peuvent détruire une réputation, une carrière, une vie. Il est important pour des adolescents qui se construisent et véhiculent des infos (grâce aussi à tous les moyens de communication rapides dont ils disposent) qu'ils apprennent à vérifier les sources de l'information, à recouper leurs renseignements... Ils doivent prendre conscience de la portée des paroles que l'on prononce, que l'on colporte, des messages postés par MSM, SMS, Twitter, Facebook.

c et d - « Au XXI ème siècle, la masse d'information qui arrivera du monde entier jusqu'à chaque individu sera telle, qu'il aura bien du mal à trier et faire la part des choses, il se laissera sûrement submerger. » Albert Einstein, 1950.
Arrivons-nous à gérer les informations, pour les ranger dans les bonnes cases, et à « écouter » plus « qu'entendre » le monde autour de nous pour faire les bons choix ? Submergés d'informations, comme l'anticipait Einstein, nous devons réfléchir pour faire des choix qui s'avèrent de plus en plus difficiles à cause de cette foule d'informations toujours plus importante et toujours plus dans l'instantanéité. La réflexion, par la connaissance, mène aux choix qui peuvent construire la vie entière d'un individu.

e- La vie n'est pas la même dans un collège selon qu'il est au cœur d'une grande ville ou dans la province profonde où le collégien ne bénéficie pas du même anonymat et où la rumeur est encore plus cruelle, sans que les médias ne relaient quoi que ce soit.

f- En reprenant uniquement les 5 premiers articles de la Constitution des Droits de l'Homme, on peut travailler chaque chapitre de ce roman. Et permettre de lier plusieurs matières d'enseignement dans des approches pédagogiques transversales (histoire, géographie, français, instruction civique).

h- Il est possible de retravailler, après et pendant la lecture de ce texte, les interactions professeurs/élèves. Entre la sixième et la troisième, le degré de réflexion sera développé différemment. Dans le roman, c'est un aspect de la vie privé, dévoilé par Momo au professeur d'histoire-géo, qui dénoue la situation. On peut donc travailler aussi sur l'entraide de « citoyens ».


ISBN : 9782916422183 - 15 x 21 cm - 115 pages - à partir de 11 ans - 7,00 €


* Marie Mélisou : « Que j'écrive pour les jeunes lecteurs qui commencent à appréhender la lecture, pour les enfants lecteurs ou pour les adolescents, quelques particularité de mon écriture sont le grand nombre de dialogues placés dans mes textes, une ambiance humoristique et poétique à laquelle je tiens et le fil directeur à travers mon œuvre, un travail sur les différences ou les similitudes qui séparent ou rassemblent les êtres. »


Retour à l'ouvrage