Accueil » Dossier de presse » Marie Mélisou : La Fille qui n'existe pas
 
Marie Mélisou : La Fille qui n'existe pas PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 17 Mars 2013 08:18

Aïe, aïe, aïe, encore une critique qui se plaint d'un ouvrage du Griffon bleu : La fourmillière, un site de littérature jeunesse très actif, n'a pas pu lâcher le livre et ne s'est endormie qu'à deux heures du matin ! Pour  lire la critique sur le site, c'est ici. Autrement, c'est sens dessus dessous, ci-dessous !

 

 

Lecture coup de cœur - coup de poing...  J'ouvre le livre. Tiens, il y a une préface? Je saute, comme d'habitude (je n'aime pas qu'on me dise ce que je vais lire avant de le lire...). Chapitre 1: Ouille, ça claque! C'est ce qui s'appelle se prendre une belle baffe en pleine figure car, moi qui pensais lire un peu et dormir, c'était fichu, j'étais happée. Marie m'a kidnappé de ses mots coup de poing, m'a scotchée à la lecture, tant et si bien que je ne pouvais plus poser le livre.
Bon, ok, vous avez raison, j'ai quand même posé le livre une fois, parce qu'il était 2h du matin, et qu'il fallait bien dormir... Mais le lendemain, j'ai repris le livre et ne l'ai posé qu'une fois terminé, préface et tout compris ! ! !

C'est une lecture qui parle au cœur, à nos sentiments, nous amène à nous remémorer notre passé, les gens qu'on a rencontrés, qui n'aimaient pas manger, ne venaient pas à la cantine... Ceux qu'on a vus, un jour, les lèvres bleues, le teint blafard, tourner de l’œil pour n'avoir pas assez mangé. Ceux qu'on a vu faire régime sur régime: tout y passait, du régime hyper-protéiné (du célèbre Dukan) au régime à base de sodas, en passant par nombre d'autres aberrations...
C'est une lecture aussi qui parle de la vie, des gens que l'on aime. Pendant que je lisais, j'interrogeais souvent mon conjoint, et j'ai appris à mieux le connaitre, grâce à ce livre (merci Marie...).

Cette lecture c'est aussi des rencontres:
- Ninawa, adolescente et anorexique. Nous y découvrons ce qu'elle pense, ce qu'elle ressent, son propre regard, sa solitude. Des soucis d'ados qui prennent des proportions inconsidérées. Une arrogance typique d'un jeune de cet âge-là, quand son secret refait surface, alors que sinon, elle semblerait bien sous tout rapport (nombreux sont ceux qui se laissent leurrer par les bonnes salades préparées dans la douleur...).
- Jessy, la maman, qui aime sa fille et ne sait comment agir. Elle est extrêmement touchante de désarroi, d'amour et d'incompréhension... Ce n'est pas courant qu'un livre traitant des troubles des comportements alimentaires aborde le vécu et le ressenti de l'entourage. Mais Marie est douée pour ça, pour l'empathie, mais aussi pour transcrire les sentiments des autres... Il m'est arrivé de penser aussi que ces sentiments, c'étaient aussi un peu les sentiments de toutes les mamans qui ont vu leur enfant grandir, changer, évoluer, devenir adulte... (il faut vraiment que je le fasse lire à la mienne tiens!)
- Nino, l'ami et confident de Ninawa, qui comme tout adolescent bien dans ses baskets, ne sait pas comment faire face à la situation pour laquelle il n'est pas dupe. Là encore, mon adolescence m'a frappée de plein fouet, moi qui m'entourait toujours de ceux qui souffraient et avaient besoin d'aide, mais me retrouvais souvent impuissante face à leurs souffrances.
- Et Papilou, le grand-père, qui fait ses petites apparitions ça et là, rendant le récit d'autant plus émouvant. Le petit papi qui nous touche par son esprit qui a quelques ratés, mais qui se retrouve bien souvent pas si loin de la vérité...

Enfin, par ce livre, c'est une réflexion personnelle qui prend place, alimentée par le texte écrit par l'association Autrement au sujet des TCA (Troubles des Comportements Alimentaires), mais aussi et surtout par la préface, très constructive, et qui m'a fait verser la petite larme...

Ce livre, c'est Marie Mélisou qui me l'a offert (et dédicacé), et je l'en remercie vivement pour cela. C'est une lecture que j'ai envie de partager, et que je ferai partager au plus grand nombre. Mais je la garderai également précieusement, pour un jour la faire découvrir à mes enfants...